Les bons réflexes pour paraître plus confiant au travail

Obtenir une promotion, décrocher le contrat tant attendu avec le client de ses rêves, ou bien encore, s’intégrer auprès de ses collègues tout en épatant ses supérieurs, les défis que nous imposent une carrière sont nombreux et il est difficile de tous les relever de front.

 

Pour faire face à ces challenges, il est important au-delà de sa compétence technique, de s’imposer aux yeux des autres comme une personne confiante, à qui l’on ne peut rien refuser.

 

Quels sont les réflexes à adopter pour facilement imposer sa confiance aux autres ?

 

Moins de « nous », plus de « je » 

Le « nous » est souvent naturellement employé dans le milieu professionnel. C’est un réflexe, quasi instantané chez la plupart des gens, quand bien même nous devons nous exprimer sur des situations de travail individuelles. Le choix du « nous » à tendance à s’imposer même dans des occasions ou un phrasé plus personnel est mieux adapté, comme lors d’un entretien d’embauche par exemple (« nous étions en charge du… » ; « nous avons pu atteindre nos objectifs » etc).

En tant qu’individu, vous avez tout intérêt à utiliser le « je » aussi souvent que nécessaire, pour gagner en assurance et vous créditer du travail que VOUS avez réalisé. Individualiser vos réponses et vos remarques, en utilisant un ton affirmé et confiant, vous permettra d’assoir petit à petit votre crédibilité auprès des autres, en donnant l’image d’une personne confiante, assumant ses propos.

Exemple : « Mon point de vue est que… » ; « je pense que nous devrions faire ceci… »

 

Clair, net et précis : soyez synthétique ! 

En plus de prendre le crédit de vos actions, augmentez vos chances d’être pris au sérieux, mais surtout écouté, en exprimant vos idées de manière claire et synthétique.

Pour vous aider dans cette démarche, dites-vous que vous avez 1 minute pour capter l’attention de votre auditoire et passer la teneur de votre message, et ce, qu’elle que soit la durée restante de votre intervention. De manière imagée, dites-vous que les 30 premières secondes votre feu est vert et que vous avez toute l’attention de votre interlocuteur. Les 30 secondes restantes votre feu passerait à l’orange, pour ensuite tourner au rouge.

Cette minute d’introduction à votre discussion est essentielle pour faire passer votre message de manière claire, nette et précise et préparer le terrain d’un échange constructif. Une fois passée, il y a de grandes chances que votre interlocuteur se demande, agacé, quand est-ce que vous aurez fini votre speech… N’hésitez pas d’ailleurs à vous référer à notre précédent article sur la prise de parole en public.

 

Adoptez la bonne posture

Votre langage corporel en dit souvent encore plus que vos mots, certains experts estimant d’ailleurs que 90% de la communication des individus est non verbale.

En adoptant la bonne posture vous influencerez non seulement la perception que les autres auront de vos propos, mais également votre propre manière de raisonner et de vous sentir plus confiant en votre discours.

Apprendre à occuper son espace, à paraître à l’aise, à se sentir légitime, est essentiel en association à la parole si l’on veut être pris au sérieux dans le milieu professionnel.

Exemple des attitudes et gestuelles à bannir dans le milieu professionnel :

  • Croiser les bras (notamment en entretien ou en meeting), ce qui est une marque de non confiance en soit, ou de fermeture au discours de l’autre.
  • Garder les mains sous la table, ce qui visuellement crée un vide dans les yeux de votre interlocuteur, toujours dans l’idée d’occupation d’espace.
  • Se ronger les ongles, ou autre attitude de ce type.

 

Faites entendre votre voix le plus tôt possible en réunion

Il est important de faire entendre votre voix lors de vos différents meetings ou réunion et d’y participer activement. L’enjeu est de taille, dans la mesure où c’est lors de ces réunions que vous vous façonnerez votre image et améliorerez votre visibilité auprès de vos collègues et supérieurs.

Ne soyez pas passif et au contraire, arrivez avec un ou deux points préparés à l’avance, ce qui vous permettra de démontrer votre connaissance du sujet et votre expertise.

Pour plus d’impact, n’hésitez pas – dans la mesure du possible – à vous tenir près des personnes les plus influentes de la réunion, ou par défaut, à vous placer au milieu de l’assistance.

 

Sachez imposer vos opinions

Des fois, lors d’une réunion, quelqu’un vous interrompt et vous coupe la parole sans que vous ayez pu terminer votre idée. Ensuite, 5 ou 10 minutes plus tard, quelqu’un reprend cette même idée – en l’appuyant d’une manière plus claire ou assurée que vous – et en tire crédit.

C’est exactement le type de situation frustrante qu’il vous faut éviter, en interrompant la conversation pour compléter le propos et reformuler votre point. Vous vous devez à vous même de porter vos idées jusqu’au bout et d’en tirer tout le crédit.

Exemple : « C’est un très bon point, merci. Avancer d’avancer, je veux être sûr que l’idée que j’ai souligné plus tôt est bien claire… »

 

Ne perdez pas votre voix ! 

La voix est l’un des signes trahissant le plus facilement votre manque de confiance, si vous n’êtes pas préparé. Quelle que soit la situation rencontrée et la difficulté qu’elle pourrait représenter, faites le maximum pour garder une articulation claire et affirmée.

Prenez une grande inspiration, tenez-vous droit et lancez-vous. Vous tiendrez là les bases d’une grande intervention.

 

 

La confiance que vous dégagez sur votre lieu de travail va de pair avec vos compétences, c’est un facteur essentiel de votre réussite, quel que soit le domaine.

 

Cette confiance varie chez chaque individu, et pour les moins assurés d’entre nous, elle ne se bâtira pas en un jour. En gardant ces quelques réflexes à l’esprit, vous pourrez la construire petit à petit.

 

Croyez-en vous-même et les autres croiront en vous !

 

 

Bon courage !

You may also like

Leave a comment