YECOLAB: le centre d’excellence qui veut mettre le Congo à l’heure des nouvelles technonologies

Former gratuitement l’excellence congolaise informatique de demain. Pari ambitieux sur le papier, relevé avec succès depuis 2 ans par Yekolab, un centre de formation aux technologies de l’information et de la communication (TIC).

 

C’est en janvier 2014 que vois le jour Yekolab (koyekola = apprendre en lingala), centre de formation aux TIC, enseignant notamment le langage Java. À sa tête, Max Bonbhel, alors président du JCertif international, et une volonté « faire en sorte qu’il y ait un maximum d’hommes et de femmes occupant ces postes (techniques) et pratiquant ces métiers pour pouvoir développer les applications répondant aux besoins des entreprises et des personnes ».

Yekolab propose un panel de cursus de professionnalisation d’une durée allant de 6 à 9 mois, alternant cours théoriques et pratiques.

Soutenu par l’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (ARPCE), son principal sponsor, et par l’opérateur de téléphonie mobile MTN Congo, fournissant à l’association sa connexion à internet, le centre représente un investissement annuel de 418 millions de F CFA (environ 640 000€).

 

Yekolab a plusieurs cordes à son arc à commencer par la formation à la création de réseaux et de systèmes d’information, le développement d’applications (web ou mobiles) ainsi que la maîtrise de Java Entreprises.

Après une sélection très rigoureuse (comparable au parcours proposé par l’École 42, à Paris), le centre se propose également de former les futurs leaders de demain. « Par cette formation complémentaire, nous voulons encourager la création de start-up et l’acquisition de compétences en management », souligne Alban Besse, formateur à Yekolab et directeur général de Bevolus Consulting, un cabinet de formation, coaching et conseil.

Enfin, le centre est aussi un incubateur et laboratoire, accompagnant cette année six porteurs de projets (comme en 2015) dans le développement de nouveaux produits, en mettant à leur disposition la logistique dont ils ont besoin et des formations ciblées. Dans le cadre de son Tech-Lab, Yekolab a conçu un programme permettant de commander un drone en lingala. Baptisé Kita Mata (« monter et descendre »), l’engin donnera aux agriculteurs et aux arboriculteurs la possibilité de survoler leurs exploitations pour en faire l’état des lieux.

 

Résultats

Les résultats concrets ne se sont pas fait attendre. Ainsi, en formant les étudiants dans les métiers des Tic, Yekolab a réussi à placer 72% de ses jeunes dans des entreprises de Brazzaville. Récemment, c’est l’agence congolaise de régulation des postes et des communications électroniques qui s’est engagée à apporter un appui financier annuel de plus de 500 millions de francs CFA à la mise en œuvre du projet Yekolab.

 

Un très beau projet donc, dont Talenbiz suivra les évolutions dans le futur.

You may also like

Leave a comment