Pour la Banque mondiale, le numérique n’a pas (encore) tenu ses promesses en Afrique subsaharienne

Si le taux de pénétration d’internet a décuplé depuis 2006 en Afrique subsaharienne, le haut débit y reste parmi les plus coûteux au monde. Et les dividendes escomptées de la diffusion des technologies numériques « tardent à suivre », pointe la Banque mondiale dans un rapport publié mercredi.

Consacré d’ordinaire à l’éradication de la pauvreté, à la santé ou à l’agriculture, le pavé de 400 pages rendu public le 13 janvier s’intéresse cette année aux « dividendes du numérique », autrement dit aux effets positifs sur le développement espérés de la diffusion des technologies numériques.

Verdict de la Banque mondiale : « Il existe de nombreux cas de succès individuel, mais jusqu’ici l’effet des technologies sur la productivité globale, l’accroissement des opportunités pour les pauvres et la classe moyenne, et la généralisation d’une gouvernance responsable n’ont pas été à la hauteur des attentes. Les technologies numériques se diffusent rapidement, mais leurs dividendes – croissance, emplois et services – tardent à suivre ».

Lien vers l’article source :

http://www.jeuneafrique.com/293510/societe/numerique-promesse-afrique/

You may also like

Leave a comment