Le cabinet McKinsey optimiste pour l’Afrique dans son rapport 2016

Le cabinet leader du conseil en stratégie McKinsey (USA), vient de faire état de perspectives optimistes pour l’Afrique, à l’occasion de son second rapport d’analyse sur les économies du continent publié ce jeudi.

 

Bien que se révélant moins favorable qu’en 2010, année de la première édition de l’étude, les experts continuent de plébisciter le potentiel africain, non sans toutefois occulter certaines réformes nécessaires.

Les études de cette envergure sont rares. Par son niveau de détail, McKinsey permets d’apporter des données nécessaires, notamment dans le cadre d’investissements des entreprises sur le continent. Intitulée « Lions on the Move II : Realizing the Potential of Africa’s Economies », elle se veut optimiste, ce malgré le ralentissement de la croissance africaine entre 2010 et 2015 (+3,3% contre +4,9% entre 2000 et 2008).

En témoignage du potentiel africain, McKinsey cite les dépenses des ménages et des entreprises qui devraient bondir de 645 et 970 milliards de dollars respectivement d’ici à 2025, faisant des pays africains un marché colossal à 5 500 milliards de dollars.

Si ce bond se concentrera principalement sur Afrique du Sud, en Afrique de l’Est, en Égypte et au Nigeria, les pays d’Afrique centrale francophone joueront également un grand rôle dans le développement du continent, grâce notamment à l’urbanisation.

Ajoutée à une hausse des exportations, la capacité des groupes africains à capter une part grandissante de la demande intérieure pourrait fortement développer les industries manufacturières (chimie, machines, caoutchouc, filière agroalimentaire, bois, métaux…) de 500 milliards de dollars en 2015 à 930 milliards de dollars en 2025. McKinsey évalue de 6 à 14 millions les créations d’emploi possibles.

De belles perspectives pour un continent en perpétuel changement.

 

Principales conclusions de l’étude McKinsey

mckinsey

You may also like

Leave a comment